BRAKING NEWS

Conversation téléphonique entre le président du conseil présidentiel et SG de l'ONU,,,(suite une et fin).

Published On(
2020-07-02 12:22:00
)

Tripoli,02 Juillet 2020 (Lana)- Pour sa part le président du conseil présidentiel a indiqué que malgré la déclaration de l'agresseur de lancer sa guerre contre les libyens depuis plus d'un an en présence de SG. de l'ONU qui était en visite à la Libye , mais le monde entier a vu sa défaite sur les meurs de Tripoli et la fin de son projet de militariser l'Etat et que cette réalisation était grâce aux sacrifices héroïques de l'armée nationale et nos forces armées et la justice de notre cause, alors que en fin cette guerre ne conduisisse que à la mort, la destruction et des violations graves en raison de ce criminel et ceux qui le soutien en l'absence de la poursuite internationale et de l'impunité .. tout affirmant que l'armée libyenne poursuivra d'assumer sa tâche en défendant de la souveraineté et de faire face aux interférences extérieures illégitimes et d'eleiminer des putschistes et criminels et ceux qui les soutien pour nettoyer tout le sol libyen , a-t-il dit. "Nous ne tôlerons pas avec des groupes mercenaires terroristes qui visent a contrôler des sources pétrolières et des richesses des libyens et que la réouverture des installations pétrolières est un objectif indiscutable" a déclaré le président du conseil présidentiel. D'autre coté M.Asserraj, a affirmé que dès le début il a préféré le dialogue politique et de s'asseoir pour trouver une solution globale, donc maintenant la communauté internationale devrait traiter les choses différemment,,, il ne fallait pas considérer ce criminel comme un partenaire politique et par la suite de ne lui donne pas la légitimité et de chercher des nouvelles élites surtout dans la région de l'Est de la Libye pour engager des négociations politiques afin d'aboutir un Etat civil et du transfert pacifique du pouvoir. "Je vois que la solution est de retourne au peuple libyen et de mettre fin à la phase de transition fragile à travers de la tenue des élections générales et de rédiger une constitution permanente de d'éviter les erreurs du passé".a-t-il conclut.